Dur à Avaler

Dur à Avaler

Seite verifiziert Erstellt am 23. Oktober 2016 Kontakt

  • Artémisia, une plante magique qui a délivré la Chine du paludisme sans générer la moindre résistance. Cette plante est aujourd’hui sacrifiée sur l’autel de la rentabilité pharmaceutique pour en extraire un seul composé, alors qu’elle est naturellement plus efficace et moins toxique que n’importe quel médicament en vente contre le paludisme. Ce scandale condamne tous les jours de centaines de milliers de personnes dans le monde.

    Près de 500 000 morts par an dans le monde

    La malaria ou le paludisme a touché en 2016 près de 216 millions de personnes selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). L’Afrique est le continent le plus sévèrement touché avec 90 % des cas de paludisme.

    C’est un moustique de la famille des anophèles qui transmet la maladie, un parasite (principalement Plasmodium falsciparum en Afrique) qui entraînera au bout d’une dizaine de jours de la fièvre, des maux de tête, des nausées, pouvant aller jusqu’à une détresse respiratoire, des atteintes cérébrales et la mort.

    La malaria tue. Elle a été responsable de plus de 445 000 décès en 2016, dont l’immense majorité toujours en Afrique. Depuis 2010, ce sont plus de 3 millions d’Africains qui en sont morts. Les adultes peuvent développer une certaine immunité à force d’entrer en contact avec le parasite pendant des années, mais les enfants n’ont pas cette possibilité; ce sont les principales victimes du paludisme.

    15 pays d’Afrique subsaharienne sont les plus durement touchés par la malaria et concentrent rien qu’à eux plus de 80% des cas et des décès dans le monde. Un drame vécu au quotidien par tous les habitants du Nigéria, de la République Démocratique du Congo (RDC), du Ghana, du Mali ou encore du Burkina Faso.

    Pour les aider à affronter le moustique et le parasite, l’OMS et d’autres organisations internationales déploient des moyens considérables autour de trois piliers :

    la distribution de moustiquaire imprégné

    l’épandage d’antimoustique (corporel ou pour de vastes étendues)

    la distribution de médicaments antipaludéens

    On pourrait rajouter le développement d’un vaccin, mais les promesses qu’il apporte sont plus que discutables, et les risques sont bien présents.

    En fait, pour l’OMS et de nombreux acteurs publics ou privés de la santé, c’est bien le manque d’accès aux traitements antipaludéens qui pose problème.

    Sauf que ces traitements entrent en concurrence avec l’utilisation traditionnelle et brute de la plante Artemisia annua – à l’origine même des traitements antipaludéens – qui serait capable de traiter et de guérir le paludisme à moindre coût. Cette plante serait plus efficace que les traitements actuellement disponibles, sans le moindre effet secondaire, mais ça ne plaît pas du tout à l’industrie pharmaceutique et à toutes les entités qui font de la malaria un véritable business.

    La valse des médicaments

    Avec près de la moitié de la population mondiale exposée au paludisme, le nombre de clients potentiels pour l’industrie pharmaceutique est colossal. Le nombre d’antipaludéens en vente reflète ce marché florissant : plus d’une trentaine de médicaments sont commercialisés ou l’ont été.


    Lire la suite ici.


  • Décodex: le Ministère de la Vérité crée son programme de vérification de masse

    Depuis un an, des journalistes au Monde planchent sur la réalisation d’un programme de vérification de masse de l’information, pour trier les bonnes sources d’informations des mauvaises. 600 sites auraient déjà été analysés par la fameuse équipe des « Décodeurs », une rubrique du Monde, alimentant un logiciel que l’on peut retrouver sous le nom de Décodex. Attention, certains l’ont prédit, mais nous voilà en présence du nouveau Ministère de la Vérité, avec un grand V.

    Le principe du Décodex

    Selon les Décodeurs, ce nouveau « guide » n’est pas un « jugement de valeur pour distinguer des « bons » et des « mauvais » sites, mais d’une aide de lecture« , surtout pour les internautes perdus sous la masse d’informations qui circulent actuellement.

    En gros, trois indicateurs sont réellement sujets à débat.

    Le premier, une petite pastille verte, indique que « ce site est en principe plutôt fiable« .

    Le second, avec une pastille orange, indique quant à lui que « ce site peut être régulièrement imprécis, ne précisant pas ses sources et reprenant des informations sans vérification« .

    Le troisième, avec une pastille rouge utilisée pour désigner les produits toxiques, nous indique que le site en question « diffuse régulièrement de fausses informations ou des articles trompeurs« , nous invitant par la même occasion à rester « vigilant« .

    Le Monde, grâce au travail de l’équipe des Décodeurs (que je vais présenter par la suite), ne cache pas son ambition avec le Décodex: lutter « contre la diffusion de fausses informations« , nous disait-il dans un article publié le 1er février.

    À l’origine du Décodex, de la fainéantise ?

    D’après les informations transmises par les Décodeurs eux-mêmes, ils confessent leur incapacité à pouvoir traiter l’ensemble des fausses rumeurs depuis 2009 (et je veux bien les croire), avec une certaine prose. Ainsi, ils auraient l’impression « d’être en train de vider l’océan à l’aide d’une petite cuillère« , alors qu’ils pourraient se munir d’un camion 12 tonnes ou d’une pompe hydraulique H24 !

    D’où leur questionnement, « est-il possible d’automatiser la vérification ou la contextualisation de l’information ? Et si oui, comment ? » Le Décodex était né. Le voilà le camion 12 tonnes pour vider l’océan de ses rumeurs et fausses informations.

    Voilà comment répondre à la désinformation de masse: classer, juger et donner un avis sur l’ensemble des sites internet selon des critères « journalistiques ». Mais quels critères ?

    Les critères des Décodeurs, rien de très scientifique, ni sérieux en apparence

    Ainsi, et toujours d’après les Décodeurs, ils auraient utilisé une « grille méthodologique » pour juger la « fiabilité journalistique » des sites scrutés. Avec par exemple, la présence ou non de source, si les auteurs sont anonymes ou bien si les informations ont été vérifiées avant publication, etc.

    Nous ne savons pas comment précisément les sites sont notés. Ont-ils fait un échantillonnage au hasard d’articles piochés sur les sites en question ? Ont-ils analysé la fiabilité des informations avec des tiers indépendants pour vérifier leur propre analyse ? Ont-ils utilisé des références scientifiques le cas échéant ? Mystère et boule de gomme.

    Ah si ! Les auteurs du Décodex nous donnent quand même quelques infos sur comment mesurer la fiabilité d’un site

    Et ces infos se résument en six points:

    Le site possède-t-il une page « à propos » ou « qui sommes-nous ? »

    Avons-nous affaire à un site parodique (style Le Gorafi) ?

    Qui se cache derrière le site en question (là, on revient sur le droit à l’anonymat) ?

    Quelles sont les sources du site et des articles ?

    L’information est-elle présentée de manière équilibrée ?

    Est-ce que de fausses informations ont déjà été publiées ?

    Voilà les grandes lignes d’analyses. Mais tout porte à croire que les Décodeurs veulent s’en prendre principalement aux sites qui publient de « fausses informations », et de les labéliser le plus rapidement possible comme peu fiable ou carrément à éviter.

    D’ailleurs, Maxime Vaudano, l’un des Décodeurs à l’origine du Décodex, l’exprime très clairement dans une interview accordée à l’Observatoire des Médias. Ce dernier nous indique « qu’on ne peut pas vérifier chaque information individuellement« , rajoutant « qu’on essaye de le faire sur celles qui sont les plus partagées« .

    Très clairement, les vilains sites sont visés. Maxime insiste sur ce point:

    « On va essayer de spoter les sites qui propagent régulièrement de fausses informations, biaisées avec des méthodes non journalistiques, pour prévenir les internautes. »

    Rajoutant, que le « Décodex est un espace sur le site où les gens pourront voir ce que Le Monde en pense« .

    L’avis du Monde, des Décodeurs. Mais qui sont-ils ?

    L’équipe des Décodeurs

    Elle se compose de plusieurs personnes, mais avec la sortie du Décodex, on peut mettre des noms et des visages sur les têtes pensantes du programme de vérification de masse.

    Maxime Vaudano et Adrien Sénécat seraient à l’origine de l’idée du Décodex. Ces deux jeunes hommes ont, a priori, des formations de journaliste. C’est notamment le cas de Maxime, qui d’après sa page perso, aurait passé une Licence à Sciences Po de Lyon et un double Master ESJ et Sciences Po à Lille.

    Quoi qu’il en soit, les deux jeunes hommes à l’origine du projet ont manifestement moins de 30 ans, bien que cela ne remette pas en cause leur compétence journalistique, ils s’attaquent très régulièrement au domaine de la santé, des vaccins, avec en ligne de mire le Pr Joyeux, Thierry Souccar, Santé Nature Innovation…

    La malheureuse démonstration d’un manque de rigueur et d’une idéologie marquée

    Pour terminer, il fallait bien faire une petite démonstration du manque de qualité que peut revêtir le fameux Décodex, avec un exemple bien précis: le site de Lanutrition.fr détenu par Thierry Souccar.

    D’après l’analyse du Décodex, et des Décodeurs donc, Lanutrition.fr écope d’une pastille « orange », méfiance donc, car ce site pourrait être régulièrement imprécis, sans préciser ses sources, etc.

    Le Décodex s’enquille même d’un commentaire, d’une sorte de justification de cette pastille peu valorisante, principalement centré sur la vaccination. On apprend ainsi avec étonnement que Lanutrition « prend position contre la vaccination avec des arguments erronés« . Point barre. Rajoutant que « le site relaie les thèses d’Henri Joyeux, chef de file des « anti-vaccination », radié de l’ordre des médecins en 2016, notamment pour « des manquements d’une extrême gravité au code de déontologie ».« 

    Voilà qui a le mérite d’être clair. Les Décodeurs qui ne semblent pas très ouverts au débat sur la vaccination, même dans les cas les plus discutables à la lumière des évidences scientifiques les plus sérieuses et indépendantes (notamment la grippe et le cancer du col de l’utérus), taxent Lanutrition.fr de peu fiable à cause d’accointances avec Joyeux, et de lancer des rumeurs sur les vaccins.

    Pour nous rassurer, les Décodeurs nous donnent bien évidemment la source de ce jugement: ConspiracyWatch.info. Un seul article. Et pas n’importe lequel. Le site ConspiracyWatch n’a même pas été analysé par les Décodeurs, qu’ils s’en servent allègrement, quand bien même ce dernier enfreint pratiquement toutes les règles « journalistiques » proposées par les Décodeurs. Effarant.

    Aucune mention « à propos » sur le fameux site.

    Aucune mention des auteurs de l’article, ni sur qui détient le site, anonymat garanti.

    Aucune source scientifique, basée sur des articles, des synthèses ou des méta-analyses publiés dans des journaux internationaux à comité de lecture. Rien.

    Un simple « voir aussi » à la fin de l’article. Moi je trouve cela personnellement moyen, très moyen.

    En réalité, la seule mention de Thierry Souccar dans cet article est faite au titre de sa maison d’édition, et du livre « Vaccins, mensonges et propagande » de Sylvie Simon. Manifestement, Thierry Souccar, l’ensemble de son travail et celui de ses collaborateurs, avec les milliers d’articles publiés perdent tout crédit à cause d’un livre qui ne plaît pas aux Décodeurs.

    N’ayant pas lu le livre je ne vais pas me risquer à la critique, mais les créateurs du Décodex l’ont-ils lu ? Ont-ils vérifié les références scientifiques ? Croiser les sources, interrogées des experts du domaine ? Ou bien se basent-ils uniquement sur des attaques personnelles ? Impossible de savoir.

    Mais il y a pire que cela. Le commentaire émis sur le site de Lanutrition est tout simplement faux. Une analyse plus minutieuse des articles publiés par Lanutrition suffit à la démontrer, mais la vérification de masse s’en fiche, attention quand l’idéologie surpasse l’investigation et le libre arbitre.

    Est-ce que Lanutrition relaie bien les thèses « anti-vaxx » du Pr Joyeux ?

    Pas sûr. Lanutrition est même critique à l’égard du Pr Joyeux, et n’adhère pas à toutes ses allégations. Un article publié le 13 janvier 2016 par Thierry Souccar l’exprime très bien. Cet article, placé dans la catégorie « Opinion » annonce déjà la couleur, on parle bien d’une opinion.

    L’article reste sceptique sur le rôle potentiellement délétère du formaldéhyde, cet adjuvant présent dans certains vaccins, quand bien même le Pr Joyeux est persuadé de son caractère dangereux. Il en va de même pour l’aluminium vaccinal, Lanutrition exprime les deux écoles de pensée, estimant qu’il faille rester prudent. En voilà un conseil avisé et non extrémiste.

    En réalité, la position variable de Lanutrition sur les vaccins est systématiquement soutenue par des preuves scientifiques, nécessairement basée sur une balance bénéfices/risques. Les auteurs sont identifiés, le débat est ouvert, mais on parle ici de la lecture d’articles scientifiques sujette à interprétation.

    Mais peut-être que Lanutrition s’est fait enguirlander à cause d’un article d’opinion, encore une fois, publié par Thierry Souccar et invitant à soutenir le Pr Joyeux ? Pourtant, cet article invite les lecteurs à s’intéresser au débat sur la vaccination que l’on partage ou pas les points de vue du Pr Joyeux sur la famille et d’autres sujets (qui n’ont rien à voir avec la vaccination). On ne sait pas.

    Mais plus important encore, est-ce que Lanutrition prend réellement position contre la vaccination, avec des arguments jugés « erronés » ?

    Analyse d’articles de Lanutrition sur la vaccination

    Je ne prétends pas pouvoir répondre à cette question en cinq minutes, tellement Lanutrition publie des articles sur la vaccination. Mais on peut quand même se faire une idée. J’ai donc pris quatre articles aux hasards publiés récemment sur la vaccination. On va bien voir sur ce maigre échantillonnage la position de notre site incriminé.

    1er article sur le vaccin contre la grippe, avec un titre ma foi classique et difficilement critiquable: « Le vaccin contre la grippe protège-t-il vraiment ?« 

    Le ton de l’article est normal. Les auteurs sont identifiés, les sources (scientifiques qui plus est) sont citées, interprétées puis discutées. La conclusion de l’article invite les lecteurs à en discuter avec son médecin traitant, et donne des pistes pour se soigner sans passer par le vaccin. Rien dans l’article n’invite à s’éloigner des vaccins.

    Bref, un article tout ce qu’il y a de plus normal, mais qui ose malheureusement faire parler des études scientifiques qui contredisent les avis officiels actuels. Si les Décodeurs estiment les arguments erronés, il convient alors qu’ils prouvent leurs dires, qu’ils apportent leurs sources et les confronte avec celles de Lanutrition.

    2ème article, et cette fois on touche aux oreillons et au vaccin ROR (rougeole, rubéole, oreillon). Là encore, l’article est plutôt neutre. Il rapporte des faits publics sur une épidémie d’oreillons que les auteurs mettent en lien avec le statut vaccinal des malades. Rien de polémique, rien de faux non plus… Les sources sont là. On se demande bien où nos journalistes du Décodex sont allés chercher les arguments erronés.

    Le 3ème article propose d’analyser l’efficacité clinique d’un nouveau vaccin anti-rhume. Encore une fois, l’article est correct, les nombreuses sources sont citées et les résultats sont discutés. L’auteur précise bien que les résultats ont été obtenus in vitro, sans test sur les animaux ni chez l’homme, bien que ce soit l’objectif d’une start-up. À la suite de ça, Lanutrition précise d’autres stratégies pour lutter contre le rhume existent, sources scientifiques à l’appui. Il n’y a pas d’invitation dans l’article à se méfier des vaccins, à dégrader leur image ou bien à insinuer un doute sur leur efficacité globale.

    Pour terminer, un autre article sur le vaccin contre la grippe. Cette fois-ci pas de référence citée, c’est une interview d’un expert sur ce sujet qui a publié des synthèses scientifiques de très haute qualité (les fameuses Systematic Reviews de la Cochrane Library) sur le sujet. C’est donc son point de vue, retranscrit par Lanutrition bien entendu. La fin de l’article indique même le ton général de l’interview, qui n’est clairement pas anti-vaccin. Voici l’extrait, car il faut le lire pour bien comprendre.

    « Êtes-vous sceptique sur l’efficacité de tous les vaccins ? Comme je suis sceptique sur l’efficacité des vaccins antigrippe, les gens me demandent toujours si je suis contre les autres vaccins. C’est faux. J’ai cinq enfants. Ils ont tous été vaccinés contre les principales maladies. Ces vaccins ont fait leurs preuves. Je ne suis pas anti-vaccins. Je suis anti-preuves insuffisantes. »

    Ce n’est qu’une bien maigre analyse, on est d’accord. Mais quand même. J’ai peine à croire que les Décodeurs aient seulement lu des articles publiés sur ce site. Ou bien avec un filtre idéologique légèrement trop prononcé, à mon humble avis.

    Quel est l’objectif de ce logiciel ?

    Attention, je n’écris pas ce billet pour défendre Lanutrition, que les choses soient claires. D’une part, c’est le premier exemple précité sur le moteur de recherche du Monde, d’autre part, il se trouve que Lanutrition touche des domaines que je connais. Finalement, c’est selon moi un très bon exemple des limites du logiciel surtout mises en avant par la grille de lecture orientée des journalistes qui établissent ce jugement. Ou plutôt une « habilité à décerner des brevets de fiabilité » selon la journaliste Élisabeth Lévy, alors que Le Monde est également un diffuseur d’information. On parle bien d’être juge et partie à la fois.

    Alors peut-être que le logiciel permettra effectivement de détecter des sites extrêmement mauvais, qui diffusent les pires informations, et je pense notamment à Santé-Nutrition, mais pourra-t-il juger l’entre-deux ?

    Est-ce que le logiciel sera capable de lire, par exemple, le dernier ouvrage du Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles, un organisme scientifique sérieux, sur les dangers d’un régime alimentaire spécifique ? Est-ce que le logiciel sera capable de vérifier les conflits d’intérêts de l’auteur, de vérifier ses sources, interroger ensuite une base de donnée médicale, et confronter l’information avec des analyses récentes et indépendantes ? Est-ce que ce logiciel sera capable de comprendre que l’organisme en question n’est pas indépendant, que la littérature scientifique choisie n’est pas complète, orientée et même mensongère ? Sûrement pas.

    Alors si les Décodeurs ne sont pas capables de publier un démonte-rumeur sur toutes les rumeurs qu’ils peuvent lire, et bien les gars, embauchez plus de gens, faites-vous aider, dormez moins ou bien laissez tout simplement faire, mais n’essayez pas d’automatiser un classement non indépendant et obscur de tous les sites d’informations de la toile française.

Nachrichten nur für Tipper reserviert

14 Tipeurs !

- 0
  • Un gros merci à vouuuuuus, d'énormes bisous les poulets ! :D !

Bonne année 2017 à tous !

- 0
Nachrichten nur für Tipper reserviert
Nachrichten nur für Tipper reserviert